Première nuit en montagne avec mon C8

Aller en bas

Première nuit en montagne avec mon C8 Empty Première nuit en montagne avec mon C8

Message par Olivier le Sam 27 Avr - 19:26

CROA du 26 avril 2019, montagne de Lure

Altitude : 1600 mètres
Température : environ 0°C
Vent fort de nord-nord-ouest
Passages nuageux très réguliers
Seeing prévisionnel excellent, très dégradé par le vent en pratique.
Télescope : C8 EdgeHD CGEM, oculaires de 9,7mm ; 15mm ; 25mm ; 40mm, filtres CLS Astronomik et Orion Ultra Block

Le télescope n'était pas encore sorti que le toit de la voiture est déjà couvert de glace.
Première surprise pour cette première nuit en montagne, la couleur du crépuscule sur l'horizon opposé au Soleil. Il y a une barre blanche à environ 10° de hauteur comme en plaine, mais entre elle et l'horizon une zone avec diverses nuances de bleus très inhabituelle.
Deuxième surprise, la légère pollution lumineuse, quoique bien visible bas dans le ciel en direction du sud-sud-ouest, n'est pas orangée comme en plaine mais d'un étrange vert électrique. Pourtant ce sont bien des lampes jaunes, presque exclusivement, qui éclairent la vallée.

NGC2237 (nébuleuse de la Rosette) : très basse vers l'ouest avant le début de la nuit astronomique, et plus grande que le champ de vision, indétectable même avec les filtres spectraux.

NGC3242 (nébuleuse du fantôme de Jupiter) : l'oculaire de 15mm avec filtre CLS Astronomik donne le meilleur résultat. On voit un boule quasiment ronde, et on devine un 0 ou un C plus lumineux au centre, qui rappelle la nébuleuse de la boule de neige bleue, mais en plus gros et plus flou.

NGC2392 (nébuleuse du clown) : testée avec les oculaires de 9,7mm 15mm et 25mm tous avec filtre CLS Astronomik, étoile centrale assez brillante et rond diffus autour, bien visible mais sans qu'on distingue les structures caractéristiques des photos qui s'appuient sur d'autres gaz que l'oxygène.

NGC3521 : le bulbe central est assez brillant, entourée d'un ovale diffus. Sans structure apparente.

NGC3621 : Très basse pour tester les limites. Elle n'est pas perceptible.

M66 : Avec oculaire 25mm et 40mm, on perçoit bien qu'il s'agit d'une galaxie spirale barrée, car une barre assez lumineuse accompagne le bulbe, et cette barre n'est ni alignée ni perpendiculaire avec la silhouette ovale de l'ensemble, qui est cependant très peu lumineuse. La silhouette générale spécifique de M66 est reconnaissable, même si les bras spiraux ne sont pas détectables jusqu'au bout.

M65 : De forme allongée, sans structure apparente, mais cependant très lumineuse.

NGC3628 : Avec oculaire de 25mm, beaucoup plus faible que ses voisines, mais bien visible cependant. On reconnaît une galaxie vue de la tranche, une bande de poussières centrale se devine en vison décalée, avec un poil d'imagination peut-être.

NGC4244 : Vers 23h15, entre deux nuages, avec les oculaires de 25mm et 40mm, elle apparaît proche du zénith comme une galaxie vue de la tranche, assez nette.

M99 : Vers 23h27, entre deux nuages, avec oculaires de 25mm et 40mm, elle apparaît ronde et peu lumineuse. On devinerait l'idée d'une rotation en vision décalée, avec un peu d'imagination.

M106 : Vers 23h35, entre deux nuages, son centre est lumineux mais la luminosité chute très vite autour. On distingue un ovale plus petit que prévu et sans structure apparente. On ne voit manifestement que la zone, voire la barre, centrale, de cette vaste spirale barrée.

M51 : Vers 23h50, entre deux nuages, avec oculaire de 25mm et 40mm. La spirale est plus « charnue » qu'en plaine, ce qui fait qu'on ne distingue pas forcément mieux sa structure interne. On perçoit l'idée d'une rotation, mais il est plus difficile que prévu de fixer proprement chaque bras.

M81 : Pas de différence avec la plaine, un bulbe central très brillant, mais ce qui est autour est trop faible et diffus pour montrer une quelconque structure.

M82 : Le contraste de cet objet sur le fond de ciel est presque incroyable s'agissant d'une galaxie. On perçoit quelques détails (zones moins lumineuses en raison des poussières) avec le 25mm.

M100 : Un bulbe central net mais un halo autour vraiment très faible.

NGC4449 : Très petite et compacte, bien visible, mais sans grand intérêt.

NGC4559 : Vague trace allongée très diffuse.

NGC4565 : Bande très allongée avec un grossissement de 80x et bande de poussières centrale visible même avec un grossissement de 50x.

M60 : Tache floue sans intérêt, accompagnée d'une plus sombre tout à côté (NGC4647).

NGC4631 : Avec un grossissement de 50 fois, on distingue une galaxie vue de la tranche ou presque, peu lumineuse mais assez grande car peu contrastée. On devine une bande de poussières décalée sur le bord de la tranche, avec beaucoup d'imagination.

NGC4656 : Détectable vue de la tranche, mais assez petite et peu lumineuse, sans grand intérêt.

M104 : Avec un grossissement de 80x, c'est une bonne surprise, la forme spécifique de l'objet et sa bande de poussières sont bien perceptibles. Le fond de ciel est dans l'absolu loin d'être noir malgré un grossissement qui atteint 0,4 diamètre, car l'objet reste relativement bas et touché par la pollution d'Aix-Marseille. Malgré cela, la différence de latitude et surtout d'altitude offre une image de l'objet nettement supérieure à une observation en campagne dans la moité nord de la France.

M98 : Galaxie vue de la tranche, plus large au niveau du bulbe central, mais ensemble peu lumineux.

M94 : On distingue un bulbe central brillant, entouré d'une zone ronde assez lumineuse mais petite, puis d'une zone ronde plus large mais beaucoup plus diffuse. Ces 3 éléments sont concentriques.

M64 : Bien que le cœur de la galaxie soit lumineux, la région noire en fait que se deviner. Elle n'est pas aussi nette qu'espéré. Par rapport à un souvenir ancien, c'est moins probant qu'une observation au C11 dans un ciel de campagne moyen.

M63 : Centre et halo autour tous deux assez brillants, mais sans aucune structure en flocon détectable.

M83 : Très bas pour tester, centre très compact bien brillant, que l'on confondrait presque avec une étoile, mais rien de perceptible autour.

M3 : Avec un grossissement de 206 fois, le fond de ciel est presque parfaitement noir. L'amas globulaire est très dense et riche. Un objet qui vaut le détour dans un tel ciel.

Vers 2h, je pointe Jupiter pour rigoler. Trop basse, trop de vent. Je décide de rentrer. Avec le vent de plus en plus violent, le froid est vraiment difficile à supporter. Une nuit entière à cette altitude avec un tel vent, même à cette période de l'année, doit être très difficile physiquement.

Conclusion :
La voûte céleste est dans son ensemble bien meilleure qu'à Hauviné ou Grézac : plus sombre et plus régulière. La meilleure qualité n'est pas réservée qu'à une petite fenêtre autour du zénith. Les halo de pollution montent beaucoup moins haut, même si l'horizon sud-sud-ouest est pollué. Côté opposé, la bande de la Voie Lactée montre des détails dès le moment où elle se lève couchée sur l'horizon, un peu relevé par la crête qui surplombe il est vrai. Les étoiles sont visibles en plus grand nombre sur toute la voûte céleste, et jusqu'à l'horizon même dans les directions où il est un peu pollué.
Alors que la luminosité du fond ciel devrait théoriquement provenir, à la louche aux ¾ de sa lumière naturelle et ¼ seulement du pollution lumineuse, le fond de ciel est loin d'être complètement noir avec un grossissement d'un quart de diamètre, et même avec un grossissement de 0,4 diamètre on distingue très nettement la frontière entre le champ de vision et l'intérieur de l'oculaire. Il n'y a qu'avec un grossissement de 206x que la perception de cette frontière devient approximative sans filtre. Ceci confirme l'utilité des filtres spectraux pour les nébuleuses à faible grossissement, et ce même en l'absence de toute lumière artificielle.
Malgré cela, le gain de contraste sur les galaxies demeure très significatif. Elles ont toutes été perçues sans aucune difficulté (sauf pour les tests aux limites de l'horizon), y compris certaines très peu lumineuses. Cependant ce gain de contraste ne se traduit pas systématiquement par un gain de détails dans la structure des galaxies, voire pas du tout.
Si le site apporte le contraste, est-ce qu'un plus grand diamètre pourrait apporter les détails dans les galaxies spirales ? La question reste ouverte.

Olivier

Messages : 147
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 39
Localisation : Reims, rue Raphael

http://www.astro52.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum